Un message d’auto-information est un message informatif qui n’attend pas forcément de réponse, il est utilisé par exemple hors d’un aérodrome autre que contrôlé ou AFIS.
L’utilité de ce message et d’avertir les autres usagés de votre manœuvre (atterrissage, décollage, intension de largage, etc).

 

Exemple :

Sur un aérodrome autre que contrôlé ou AFIS, le pilote commandant de bord doit procéder lui-même à l’évaluation des paramètres :

  • au départ, avant de quitter l’aire de trafic ;
  • à l’arrivée, avant de s’intégrer dans la circulation d’aérodrome, en procédant à l’examen de l’aérodrome. Cet examen doit être effectué, sauf impossibilité, à une hauteur supérieure au plus haut des circuits d’aérodrome et doit notamment porter sur l’aire à signaux, la manche à air, l’état de la surface de l’aire de manoeuvre afin de déterminer la piste ou l’aire d’atterrissage à utiliser et s’assurer que l’usage de l’aérodrome ne présente pas de danger apparent.

Note 1 : Dans le cas d’un aérodyne non motopropulsé à l’arrivée, si les possibilités de manoeuvre ne permettent pas de se conformer aux dispositions précédentes, le pilote commandant de bord doit évaluer les paramètres en fonction des possibilités de vol plané de l’aérodyne et en fonction des autres aéronefs qui sont déjà engagés dans la circulation d’aérodrome.

Note 2 : Un pilote commandant de bord peut se dispenser de l’examen de l’aérodrome à l’arrivée :

  • lorsqu’il a pris connaissance de la piste en service en exploitant les messages d’auto-information transmis par les aéronefs évoluant dans la circulation d’aérodrome ;
  • lorsqu’il a déjà connaissance du vent et des signaux pouvant être disposés sur l’aire à signaux et sur l’aire de manoeuvre.