Si la fantaisie du vent vous amène face à un obstacle ou au-dessus, cela se complique. Cependant deux consignes générales doivent être appliquées : IL FAUT ATTAQUER L’OBSTACLE LES PIEDS DEVANT, pieds serrés, jambes serrées et, comme pour l’atterrissage, ne jamais tenter de mettre les mains en avant pour amortir ou écarter votre trajectoire de l’obstacle que vous allez percuter.

Atterrissage sur un obstacle vertical (mur, clôture, pylône, …) : attaquer l’obstacle les pieds en avant, jambes à l’équerre. Amortir par une flexion et après l’impact, se repousser pour reprendre la position d’atterrissage classique.

Atterrissage dans les arbres : dans ce cas position du fœtus (encore !). Il faut protéger le ventre et le visage. Pour cela, la flexion des jambes sera légèrement accentuée par rapport à la position classique, les pointes de pieds relevées, les bras seront croisés sur la poitrine protégeant la tête penchée vers l’avant en appui sur un les bras repliés. Si vous traversez complètement les branchages jusqu’au sol, reprendre aussitôt la position d’atterrissage classique dès la sortie du feuillage. Si vous restez accroché, vérifier la solidité de l’ancrage par des petites secousses et attendez les secours. Si vous décidez de vous déséquiper afin de descendre seul, prenez garde à l’ordre dans lequel vous devez ouvrir les mousquetons et dégager les sangles. En cas d’erreur vous pouvez chuter, vous étrangler pendu par le cou ou vous retrouver suspendu dans une position inconfortable dont vous ne pouvez vous sortir seul. Essayer dans tous les cas de rejoindre une branche maîtresse et de vous y asseoir avant de se déséquiper en commençant par la sangle de poitrine.

Atterrissage sur un toit : la règle du jeu dans ce cas est de s’accrocher n’importe où pour ne pas tomber plus bas sans le secours du parachute qui n’est plus porteur. Attaquer le toit avec les deux pieds, ne le refusez pas et sitôt posé, libérer un des deux systèmes de déventement si votre parachute en est doté. Sinon vous déséquiper le plus vite possible ou ramener la voile vers vous pour éviter qu’elle se regonfle et vous entraîne. Restez accrocher sur le toit et attendre les secours.

Atterrissage sur une ligne à moyenne ou haute tension : Dès que vous avez repéré un pylône cherchez le suivant pour matérialiser la ligne puis l’axe du vent. La faute à éviter est d’avoir les jambes écartées et de chevaucher les câbles. Comme pour l’obstacle vertical, attaquer les câbles avec les pieds joints, se repousser et reprendre aussitôt la position d’atterrissage classique. Si vous restez pendu, vérifier la solidité de l’ancrage par des petites secousses et attendez les secours. Si vous avez atterri ou sauté au sol après vous être déséquipé, ne touchez plus à votre parachute. Le nylon n’est pas conducteur mais il favorise la conduction en particulier en atmosphère humide. Attendez les secours pour décrocher le matériel après coupure de la ligne par les services de l’EDF qu’il faut alerter.

Atterrissage sur l’eau : les deux erreurs à ne pas commettre sont :

  • sortir du harnais avant d’être dans l’eau, il est très difficile d’apprécier une hauteur au-dessus de l’eau,
  • ne pas avoir prévu de se déséquiper avant l’entrée dans l’eau. Dans ce cas vous pouvez être entraîné vers le fond par la voile qui s’est remplie d’eau.

La façon de préparer un « afflotissage » consiste à se déséquiper tout en restant suspendu en sécurité DANS le harnais dont vous pourrez vous libérer dès l’entrée dans l’eau. Pour cela :

  • s’asseoir dans la fessière pour basculer le poids du corps vers l’arrière,
  • saisir la sangle épaulière droite avec la main gauche, cette position évite de basculer vers l’avant,
  • avec la main droite ouvrir les mousquetons dans l’ordre (celui de la sangle de poitrine, puis celui de la cuissarde gauche et enfin celui de la cuissarde de droite),
  • dégager complètement les sangles et vérifier qu’elles pendent bien,
  • attendre l’arrivée dans l’eau et surtout ne s’extraire du harnais que lorsque les pieds touchent l’eau.

Avec un harnais équipé d’un seul point de verrouillage, pendant la descente vous devrez enlever la sécurité mais ne déclencher l’ouverture que lorsque les pieds toucheront l’eau.

Toujours prévoir une erreur d’estimation et un poser sur la terre ferme.